mardi 22 juillet 2014

Plages Electro - soirée French Focus



Jeudi 17 juillet, 18 heures. Sur les pelouses qui font face à la plage du Palais des Festivals, des centaines de shorts plus colorés les uns que les autres rencontrent canettes de bières et bouteilles de whisky, tandis qu'un beat lointain fait vibrer l'air et monter la température. Bienvenue à Cannes, un soir de Plages Electro.

La première fois que je suis allée aux Plages Electroniques, j'avais quinze ans, une robe à fleurs ridiculement courte, des Converses orange fluo et une culture electro plus que timide, essentiellement basée sur ce que j'arrivais à trouver sur MySpace. Les billets étaient trois fois moins cher, mais le public, lui, dix fois moins nombreux. Huit ans plus tard, j'ai troqué le liberty contre un crop top gris et une jupe noire – seul le ridiculement court a traversé les années. Quant aux Plages, c'est les mêmes... mais en mieux.

Aujourd'hui, les Français sont mis à l'honneur avec le thème #FrenchFocus. Oniris, dOP (le dj, pas la marque de shampooing), Popof et Mr Oizo vont installer leurs platines sur le sable et faire danser des milliers de festivaliers en maillot de bain.

A l'entrée, c'est le sketch habituel pour être sûr que personne ne fait entrer de substances cheloues et encore une fois, ma HD de Make Up For Ever subit un regard suspect qui m'oblige à préciser que « c'est juste de la poudre pour fixer le teint, promis ! ». Distribution de bonbons Haribo et c'est parti. Pour ma part, direction les coulisses, mon bracelet VIP serré autour du poignet. De là, je peux boire du champagne en suivant lives et dj sets. Le seul accès qui m'est interdit ? La partie « Artistes »... où je me faufile en douce une dizaine de minutes avant de me faire remarquer par le vigile. Pas grave, j'ai eu le temps de me glisser jusqu'à la scène pour voir Popof et le public en délire. J'ai eu envie de prendre mon élan et de m'y jeter. Me retrouver dans la foule, sentir ses bras collants de sueur, ses garçons en tshirts trempés et ses filles qui hurlent.

A la place, je suis retournée dans l'espace VIP où m'attendait une énième coupe de champagne. On ne va pas se plaindre non plus. Mais malgré tout, je reste persuadée qu'un concert, ça se vit avec les autres. Et quand Quentin Dupieux a laissé s'échapper quelques notes de Positif, je me suis revue en 2009. Cette chanson a rythmé l'été de mon Bac. L'été de tous les possibles, l'été où j'ai appris à boire de la vodka pure dans une flasque et à danser sur de la musique qui ne fait pas danser, l'été où je pensais être invincible et éternelle. Et même si ce n'est pas le cas me concernant, c'est tout ce que je souhaite aux Plages Electro.  

lundi 14 juillet 2014

Mom jeans & sac Clarks

Saluuut et joyeux 14 juillet !
Avec mon nouveau stage, j'ai du mal à poster régulièrement sur ce blog. J'ai toutefois eu la chance d'avoir mon week-end de libre (hallelu-hallelujaaaah), j'en ai donc profité pour aller prendre le goûter avec ma copine Victoria et faire quelques photos pour vous montrer plein de nouveaux petits trucs (en revanche comme vous pouvez le constater, je n'ai toujours pas trouvé le temps de me coiffer : cela fait un mois que je n'ai pas touché à mon fer à lisser... RIP mes cheveux sages, bonjour la crinière de sauvage).

Pour commencer, ce joli sac tricolore et rétro qui m'a été offert par la marque Clarks (merci merci). Ensuite, mes méduses roses à paillettes que j'ai trouvé à Londres pour la modique somme de 3£ et que je ne vais pas lâcher de tout l'été (un exploit pour une fille qui ne va jamais à la plage, hein ?). Et enfin, mon nouveau mom jeans. J'avais acheté un Levi's il y a cinq ans quand j'ai commencé à m'intéresser au vintage mais je ne l'ai mis que très rarement. La raison ? Je trouvais dur à assumer le côté "cul hyper moulé et mis en avant par la taille ultra marquée" et j'étais pas fan de la coupe droite qui tasse un peu. Bah ouais, un jean pareil, c'est pas forcément très flatteur et ça fait une sacrée paire de fesses. Mais j'ai décidé de retenter ma chance quand je suis tombée sur ce modèle à 1€ dans un vide-grenier la semaine dernière. Finalement, je m'y suis faite, j'adore son esprit 80's et j'ai hâte de le porter avec tous les crop top de mon placard. Bisous ! ♡


samedi 12 juillet 2014

La salopette en jean.

Hello !
Ces photos ont été prises il a plus d'un mois, à l'époque où il était encore possible de porter une salopette en jean sans mourir de chaud (et où tout mon soutien pour l'équipe de France se reflétait sur mes ongles tricolores). J'ai trouvé celle-ci à Primark et je sais déjà que je vais la porter tout l'automne prochain quand j'habiterai à Paris...Un look tranquillou donc, idéal pour aller déjeuner en ville. Le chemisier, le sac et les Converses ont tous été dénichés en vide-grenier. D'ailleurs il faut vraiment que je vous fasse un post sur ma passion pour les vide-greniers et tous les trésors que j'arrive à dénicher pour quelques euros. Pour vous donner une idée, le chemisier a coûté 1€, le sac 3€ et les Converses 4€. Autant vous dire qu'à force, j'ai tendance à bouder les boutiques et même les friperies.
A bientôt ♡